samedi 28 octobre 2017

VITAMINE C à haute dose !!!

Vitamine C à haute dose : faites avancer la recherche !

Pour l’IPSN, la question du « traitement à haute dose de vitamine C » n’est pas « un sujet parmi d’autres ».

Vitamine C : une priorité pour l’IPSN !

En mettant la question des traitements à haute dose de vitamine C au cœur des débats de notre 3eCongrès International de Santé Naturelle, nous avons voulu créer une véritable onde de choc en France.
D’ici quelques années, tous les médias spécialisés ne parleront plus que de vitamine C à haute dose !
Jusqu’à présent en France, ce sujet a été soigneusement évité par les institutions et les médecins.

Les plus grands experts réunis à Paris lors du 3e CISN

Mais grâce à l’IPSN, pour la première fois, le grand public et les professionnels de santé, réunis en lors de notre congrès de 2017, ont pu entendre les trois plus grands experts mondiaux de la vitamne C s’exprimer sur ce traitement :
>> Le Dr Thomas Levy (MD, PhD) des Etats-Unis,
>> Le Dr Atsuo Yanagisawa (MD, PhD) du Japon,
>> Le Dr Ron Hunninghake (MD, PhD) des Etats-Unis,
 Était également présent Alan Smith, premier patient Néo-Zélandais à avoir obtenu (sous la pression de ses avocats) d’être soigné avec de la vitamine C à haute dose à l’hôpital. L’obstination de sa famille lui a sauvé la vie.

 La vitamine C un traitement ou co-traitement efficace !

Les orateurs ont pu mettre en avant l’ensemble de leurs arguments scientifiques pour expliquer l’utilité des traitements à haute de dose vitamine C. Il ressort de leurs travaux que ces traitements sont :
>> Utiles et parfois déterminants contre le cancer,
>> inégalables contre la septicémie,
>> Très utiles pour les radiations,
>> Utiles pour les maladies cardiovasculaires,
>> Nécessaires pour de nombreuses infections virales ou bactériennes. 

Aidez-nous à faire connaître leur message !

 Eux, ils ont quitté pendant plusieurs jours, leurs pays, leurs familles et leurs patients pour venir vous parler en France.
Parce qu’ils pensent que leur message peut sauver des vies !
Et vous ? Allez-vous faire quelque chose pour cette grande cause, potentiellement utile à de nombreux patients ? A des personnes atteintes de cancer, d’infection graves, de maladie cardiaque ?
Et si vous-même ou un proche était concerné demain ? Ne seriez-vous content :
>> d’avoir fait progresser la recherche ?
>> d’avoir aidé à diffuser un message vital ?
>> d’avoir permis à votre médecin d’utiliser ce traitement simple, sans effet secondaire grave et pourtant efficace dans de nombreux cas ?

Un moyen simple pour nous aider !

Le financement participatif est un moyen simple de faire avancer la cause. Il présente par ailleurs de nombreux avantages :
>> Vous pouvez donner ce que vous voulez.
>> Vous pouvez bénéficier d’un « produit » correspondant au montant de votre participation(Dossier spécial, Accès aux vidéos vitamine C du Congrès IPSN, accès à l’ensemble des vidéos du congrès IPSN…).
>> Pour la promesse d’achat de ce « produit » vous bénéficiez d’une réduction de 30% par rapport au prix final qui sera proposé. C’est un prix d’ami ou d’investisseur en quelque sorte. Car sans vous le projet ne pourrait pas exister. Votre « produit » que ce soit un dossier, ou des vidéos, ou les deux sera prêt début novembre (Nous visons le 1er novembre 2017). Vous le recevrez par mail pour les accès vidéos ou le dossier électronique ou par courrier pour les dossiers papiers ou les clés USB.
>> Vous agissez concrètement pour améliorer la santé des gens autour de vous et peut être de la vôtre un jour !

Plateforme kiss kiss bank bank

Nous avons choisi la plateforme professionnelle kiss kiss bank bank pour cette opération vitamine C.  C’est une plateforme réputée pour ses compétences techniques et son sérieux (financier, juridique etc.)

Objectif :  20 000 en 1 mois !

Le financement doit couvrir :
  • Les frais d’organisation de la venue en France des experts de la Vitamine C lors du Congrès International de Santé Naturelle. Cela comprend :
>> les billets d’avion,
>> les honoraires des experts,
>> les hôtels,
>> les repas pendant deux jours.
  • Les frais liés à la réalisation du dossier « Vitamine C »
  •  
  • Les frais liés à la réalisation et au montage des film Vitamine C.
Tout cela coûte plus que 20 000 € (Environ 50 000 € en tout)
Mais nous avons limité l’objectif du financement participatif pour deux raisons précises :
>> D’une part, parce que ces frais sont en partie couverts par les entrées du congrès (mais en partie seulement),
>> D’autre part parce que si nous n’atteignons pas cette somme, l’opération est annulée par la plateforme kiss kiss bank bank (qui dans ce cas, vous restitue vos investissements).
Il est donc plus prudent, pour vous comme pour nous, de limiter l’objectif financier de cette campagne afin que tout ce travail et votre générosité, ne soient pas un coup d’épée dans l’eau.

Participez ! Vous aurez la certitude :

>> d’avoir accès à un dossier de qualité sur la vitamine C construit à partir du travail de nos experts,
>> d’accéder à une information vivante, à jour et de qualité donnée par les plus grands experts mondiaux de la vitamine C, si vous choisissez les options avec vidéo,
>> de faire avancer la cause de la vitamine C dans le monde francophone et sans doute au-delà,
>> de défendre les intérêts des patients qui n’ont pas accès aujourd’hui à cette thérapie,
>> de faire connaître aux médecins de bonne volonté l’existence d’une thérapie qui pourrait faciliter grandement leur travail,
>> de faire avancer la recherche sur la vitamine C. Ce travail de communication aura nécessairement un retentissement sur la communauté scientifique. Gageons qu’il aurait également un effet positif sur les administrations de santé !
Devenez vous-mêmes des passeurs d’information !
Devenez des acteurs majeurs de la santé naturelle !
Faites une action qui changera (peut-être) le cours de l’histoire de la médecine !
Participez à notre grande opération vitamine C à haute dose !

Je participe !




mardi 26 septembre 2017

Ouragans sur la Santé !!!

Ces ouragans qui menacent notre santé

Chère amie, cher ami,

L’ouragan Irma qui s’est abattu début septembre sur les Antilles est d’une puissance jamais enregistrée sur l’Atlantique.

Mais ce monstre météorologique n’est pas qu’un record dans l’histoire climatique planétaire.

La plupart des spécialistes s’accordent à dire que ce cyclone hors normes est annonciateur d’autres phénomènes similaires : on s’attend à ce que les cyclones les plus violents soient encore plus intenses.

Des zones aujourd’hui épargnées pourraient être touchées à l’avenir.

C’est un premier avertissement : que ceux qui ont des yeux voient, que ceux qui ont des oreilles entendent…

Hélas, des ouragans d’un autre type se préparent.

Ils risquent de s’abattre sur notre santé à tous.

Quid de l’alimentation issue de l’agriculture chimique et de l’industrie alimentaire ? Et que dire des toxiques et des métaux lourds qui sont partout ? Et je ne vais pas lister ici tous les autres polluants…

Même la reproduction de l’espèce humaine est menacée

Sans être alarmiste, on constate une augmentation croissante des pathologies lourdes, y compris le cancer, et une baisse de l'immunité dans toutes les tranches d'âge de la population française

Le nombre de produits cancérigènes ingérés par voie respiratoire et alimentaire est impressionnant.

Nous assistons même à une dégénérescence globale de l’humanité.

La preuve la plus flagrante est la baisse du taux de reproduction chez les jeunes : leur sperme est de plus en plus pauvre et de plus en plus de jeunes hommes sont devenus stériles.

Cela prouve que la nature reprend ses droits et permet de moins en moins à des populations en perdition de se reproduire.

Nous allons assister à une « super sélection » naturelle.

Tout cela n’est pas un hasard…

Les maladies nourrissent « l’ogre » de la pharmaco-chimie

On peut considérer que la maladie est organisée dès la naissance car il faut que nous soyons malades le plus longtemps possible pour alimenter « l’ogre » de la pharmaco-chimie.

Il n’est pas question de rejeter la médecine officielle quand elle s’avère nécessaire et surtout efficace. Il s’agit là d’une médecine d’urgence, voire hospitalière.

Mais l’on devrait rarement en arriver là si la « médecine naturelle et de terrain » faisait l'objet d'un enseignement réel à la faculté de médecine et était appliquée à temps.

Qui établira le lien entre un vaccin et un cancer 20 ans plus tard ?

Et que penser des nombreuses vaccinations que les enfants reçoivent dès leurs premiers mois de vie ?

Rappelons qu’un nouveau-né ne dispose pas d’immunité. C’est la maman qui lui « prête » son immunité jusqu’à 8 mois. D’où la nécessité de la lactation maternelle.

Les vaccinations dès le plus jeune âge sont partiellement responsables de la dégradation du terrain dès lors qu’elles font chuter l'immunité.

Le principe vaccinal de base est de stimuler l’immunité en ajoutant des adjuvants susceptibles d’augmenter les réponses immunitaires, mais au détriment du patrimoine génétique.

C’est ce qui aboutit presque systématiquement à des maladies allergiques, auto-immunes et neurodégénératives.

Il faut être malhonnête ou inconscient pour ignorer que ces virus, que l'on mélange sans bien savoir ce qu'ils vont devenir — car rien ne mute aussi vite qu'un virus —, risquent d'avoir des effets secondaires détonants, et parfois à long terme.

Mais dans ce cas, qui établira le rapport entre le vaccin et un cancer advenu 10 ou 20 ans plus tard ?

Quant aux enfants qui reçoivent ces cocktails de virus, métaux lourds et autres « saletés », ils n'auront certainement pas le même espoir de longue vie que leurs grands-mères, peu ou pas vaccinées.

Ouvrons les yeux et regardons autour de nous !

Il est temps d’ouvrir les yeux : on n'a jamais vu autant de cancers, leucémies, diabète, asthme, allergies, obésité, puberté précoce chez les jeunes enfants.

Et voilà qu'ils manifestent à présent des scléroses en plaques, maladies jamais encore constatées à cet âge. Les vaccinations dès le plus jeune âge sont partiellement responsables de cette situation car elles font chuter l'immunité.

Enfin, la plupart des vaccins contiennent également des conservateurs à base de mercure, de stabilisateurs et des excipients, des produits toxiques potentiellement dangereux.

Comme souvent, nos grands-mères avaient raison ! Elles disaient que les petites maladies d'enfance renforcent l'immunité naturelle.

D’ailleurs on le voit : les adultes vaccinés dont l'immunité ne dure que quelques années contractent ces maladies à l'âge adulte où elles sont bien plus dangereuses.

C'est une course sans fin.
  • Quant au vaccin ROR contre la rougeole, de nombreux chercheurs estiment que c'est l'un des plus dangereux vaccins sur le marché. Il serait responsable d'autisme régressif, mais les pouvoirs pharmaceutiques s'appliquent à cacher le scandale avec la complicité des politiques et de certains médias.

  • Puisque le vaccin Hépatite B est issu du génie génétique, ne peut-on pas craindre que l'ADN soit touché ? On ajoute à la préparation les mêmes adjuvants, conservateurs, antibiotiques, etc. que pour les vaccins classiques. Mais aussi des protéines capables de cancériser d'autres cellules et surtout l'ADN provenant de cellules de culture, avec le risque de malignité que pourrait représenter à long terme un ADN contaminant hétérogène, en particulier s'il s'avère qu'il contient des séquences codantes ou régulatrices, potentiellement oncogènes.

  • Pour le vaccin GenHevac B, il s'agit de fragments du génome de deux virus, le SV 40. virus de singe, et le MMTV, virus de la tumeur mammaire de la souris. Mais les laboratoires préfèrent nous avertir qu'ils sont cultivés sur des cellules immortelles, c'est moins dégoûtant.

Alzheimer : la maladie de ceux qui prennent des médicaments

« Alzheimer : maladie iatrogène » : tel est le titre d’un article que j’ai publié sur mon site Association Biologique Internationale [1]. Ce que ça veut dire c’est que cette maladie neurodégénérative serait causée par les produits chimiques prescrits aux longs cours : statines (cholestérol), bisphophonates (ostéoporose), IPP (reflux gastro-intestinaux), alpha et bêta bloquants (hypertrophie de la prostate et problèmes cardio-vasculaires), et une litanie d’autres produits allopathiques.

Rappelons que les médicaments sont fabriqués à partir d'une banque de plus de 100 000 molécules de synthèse, sortes de « Lego » organiques fabriqués sans but initial particulier à partir de molécules chimiques mises à bout, tels les wagons d'un train.

Cette méthode aboutit à l'expérimentation animale, honteusement cruelle, onéreuse, et avérée non fiable vu les scandales médicaux récurrents qui éclatent régulièrement, d'autant plus que ces molécules artificielles n'existant pas dans la nature, ne sont pas reconnues par le vivant puisque l'organisme ne dispose d'aucun système pour les reconnaître et les traiter.

La santé est devenue un marché, et les médicaments des produits de consommation classique.

Antibiotiques : l’autre tempête sur notre corps

Les prescriptions d'antibiotiques abusives pendant des décennies seraient-elles responsables de la baisse de notre système immunitaire ?

Pourquoi recourir systématiquement aux antibiotiques - certes efficaces pour certains cas - mais causant des effets secondaires ? Pourquoi ne pas réserver les antibiotiques dans des cas infectieux urgents et les ménager lors d'épidémies (méningites, staphylococcies...) ?

Je préfère recourir aux huiles essentielles, notamment aux familles biochimiques représentées par les phénols et monoterpénols : les huiles essentielles sont virucides, bactéricides, fongicides et parasiticides. Par ailleurs, elles sont « eubiotiques » : elles restaurent le terrain et sont très peu résistantes.

Quand votre corps a des « bugs »

Notre corps fonctionne comme un ordinateur : lorsque les données qui lui sont présentées ne correspondent pas à son programme basique, il produit un « bug » qui crée une nouvelle maladie pour tenter de se débarrasser d'éléments non conformes.

Toute molécule étrangère prise au long cours devient agressive pour l’organisme. Elle franchit les barrières destinées à nous protéger des envahisseurs. Le premier filtre est l’intestin grêle : la muqueuse est devenue « poreuse » et laisse passer les débris alimentaires, les virus, les bactéries et tous les xénobiotiques.

Ces molécules étrangères peuvent aussi franchir la barrière hémato encéphalique (BHE) : cela peut déboucher sur :
  • La maladie de Charcot ;

  • la maladie d'Alzheimer;

  • la maladie de Parkinson [2].

Les médecines naturelles vont-elles nous sauver ?

L'avenir des médecines naturelles est loin d'être rose puisque ces méthodes sont dans le collimateur des pouvoirs publics. Ils souhaitent à tout prix unifier et planifier l'offre de soins.

Mais quand on regarde bien, il n'est pas si noir que cela : elles conservent la confiance du public, qui a, et aura, de plus en plus besoin de cet espace de liberté.

La démarche des médecines naturelles est indiscutablement une revalorisation de la consultation médicale. Et pas du tout sa dévalorisa­tion, comme se plaisent à l'affirmer certains universitaires véhéments, sceptiques mais mal informés ou de mauvaise foi.

L'OMS a d'ailleurs décidé de promouvoir leur utilisation plus large et plus accessible lorsqu'elle est justifiée sur le plan thérapeutique.

Les « méthodes non conventionnelles de soins » s'appuient sur la notion de « terrain » et visent à renforcer les réactions naturelles de défense :
  • Elles recourent volontiers au concept de rééquilibrage énergétique ;

  • Elles s'intéressent non seulement à l'organisme malade mais aussi, et surtout, à l'être qui souffre ;

  • Elles prônent une prise en compte globale physique mais également mentale, parfois spirituelle ;

  • Elles sont « douces » par le choix thérapeutique peu agressif qu'elles proposent et le rapport privilégié qu'elles entretiennent avec le malade.
Partout dans le monde, des milliers de gens atteints du sida, du cancer, d'hépatites, de mucoviscidose, de sclérose en plaques ont vu leur sort complètement changé avec les médecines naturelles, et particulièrement les huiles essentielles.

Les médecines alternatives proposent un autre rapport à la maladie et d'autres modes de soins. Et leur attrait réside aussi, semble-t-il, dans ce qu'elles sont riches de représentations et de croyances sur l’être humain, le sens de l'existence, la place de l'homme dans l'Univers.

Le strict cadre de la santé, de la maladie, de la médecine est, ici, largement dépassé.

Dès lors, entre la médecine scientifique qui voudrait retrouver une dimension plus humaine et les médecines différentes en quête, pour la plupart d’une reconnaissance officielle, une évolution et des réaménagements sont de plus en plus probables.

Pour terminer cette lettre, je voudrais partager avec vous ces quelques mots d’Arthur Schopenhauer.

 « Toute vérité passe à travers trois étapes :Elle est d’abord ridiculisée ;Elle est ensuite violemment contestée ;Finalement elle est acceptée comme évidente. »
Portez-vous bien et à très vite.

Dr Jean-Pierre Willem

jeudi 31 août 2017

Nanoparticules dans tous les gâteaux et bonbons pour enfants !!!

Les scandales alimentaires se succèdent et offrent comme un goûts de déjà vu. Après la crise au fipronil, loin d’être enterrée, le magazine 60 millions de consommateurs révèle, ce jeudi 24 août, avoir trouvé des traces d’oxyde de titane dans des gâteaux et des bonbons pour enfants. 100% des produits testés sont concernés.
« 100 % des bonbons et gâteaux que nous avons testés contiennent du dioxyde de titane sous forme nano. Contrairement aux dires des fabricants. » s’alarme le magazine 60 millions de consommateurs dans son communiqué. Les résultats d’une enquête de l’institut national de la consommation sont saisissants : dans l’ensemble des dix-huit variétés de gâteaux et de sucreries analysés, les chercheurs ont découvert des traces de cette nanoparticule dans l’additif E17. Selon les produits testés, le dioxyde de titane représente de 10% à 100% de l’additif présent.
Si la dangerosité de l’oxyde de titane questionne toujours, les industries agroalimentaires ont dans tous les cas l’obligation légale d’indiquer, au dos de leurs emballages, la présence de cette particule dans l’additif E17 s’il en est composé à plus de 10%. Selon 60 millions de consommateurs, aucune des denrées incriminées n’en mentionnait l’existence. Les marques industrielles, en détournant les règles, voudraient-elles éviter d’éveiller des craintes dans l’esprit des consommateurs ?
Que faut-il craindre ?
L’oxyde de titane est un élément présent dans de nombreux produits du quotidien, notamment pharmaceutique et cosmétique. Dans le secteur alimentaire, il sert avant tout à augmenter la blancheur, à fixer l’humidité ou à empêcher l’agglomération des poudres. Déjà classées, en 2006, dans le groupe des cancérigènes potentiels par le CIRC (Comité international de recherche contre le cancer), les nanoparticules d’oxyde de titane n’avaient pas été pour autant prohibées de l’industrie agroalimentaire. Le rapport du CIRC affirmait en effet que cette substance représentait seulement un risque sanitaire en cas d’inhalation comme c’est le cas, par exemple, pour la poudre de bois. De ce fait, la présence de cette nanoparticule dans la nourriture ne semblait pas inquiéter les différents experts.
Cependant, en 2017, une expérience a mis en branle cette évidence. Les chercheurs de l’INRA (Institut national de recherche agronomique) ont donné à des rats un additif E17, riche à 50 % en nanoparticules d’oxyde de titane, soit le taux moyen présent dans les aliments ingérés par l’homme. Au bout de 100 jours, les chercheurs ont observé une augmentation des lésions bénignes dans le côlon des rongeurs, entraînant des cas de polypes, phénomène encore jamais constaté jusque-là et remettant en cause les certitudes des chercheurs. Mais « d’autres études sont nécessaires pour confirmer ces premiers résultats. » estime l’association de consommateurs.
Suite à ces découvertes, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation avait vivement poussé le gouvernement, dans un rapport rendu le 4 avril 2017, à poursuivre les recherches sur les risques sanitaires liés à la présence de nanoparticules d’oxyde de titane dans différents produits alimentaires. Convoquant le principe de précaution, l’agence recommandait « de limiter l’exposition des consommateurs en favorisant des produits sûrs, dépourvus de nanoparticules ». Ces découvertes assez récentes démontrent un manque de recul vis à vis de la présence de cet élément dans notre alimentation et surtout celle des enfants.
Ce nouveau scandale alimentaire aura, on l’espère, le mérite de faire bouger les lignes en la matière, au moins, en matière d’affichage légal. Quand au sort qui attend les différents industriels mis en cause, le service de répression des fraudes a d’ores et déjà affirmé au journal l’Express qu’une enquête à grande échelle allait être menée… À suivre !
Le Nouveau Paradigme

lundi 24 juillet 2017

Tampax une arme chimique et mortelle !!!


Les Tampax représentent un marché colossal et leur secret de fabrication est farouchement conservé par Procter & Gamble, le fabriquant de la marque TAMPAX, leader mondial du marché, (ainsi que des lessives et détergents…..). Or, qui sait que ces cartouches si absorbantes et si pratiques sont imbibées… de DIOXINES - cette substance hautement cancérogène ?
Le cancer du col de l'utérus est le second cancer féminin, et une femme meurt du cancer de l'utérus toutes les deux minutes dans le monde ! Y aurait-il un rapport ??? La moyenne des femmes ayant cinq jours de menstruation par mois durant 38 ans, utilisera donc statistiquement 11.000 tampons au cours de sa vie.
Ce produit d'hygiène intime féminin est classé par la FDA (Food and Drug Administration) comme un instrument médical. Ainsi, les fabricants ne sont pas tenus de se conformer aux mêmes règles d'étiquetage que celles en vigueur pour les aliments, médicaments ou cosmétiques. Tout comme pour les tests de toxicité dans la distribution alimentaire, les tests d'ordre chimique sur les tampons sont réalisés par les fabricants ou des chercheurs privés qui sont payés par ceux qui fabriquent et vendent les tampons. A noter que Procter & Gamble tient à garder secrète la recette de sa soupe chimique vu que les seules femmes américaines rapportent deux milliards de dollars par an pour leurs serviettes hygiéniques et leurs tampons chimiques.

Enquête sur la composition des Tampax

A l'origine, les tampons étaient composés à 100% de coton. Lorsque les femmes se sont plaintes de fuites, les fabricants ont augmenté leur pouvoir absorbant en mélangeant le coton à des fibres synthétiques hautement absorbantes comme du polyester, du polyacrylate, de la viscose et de la cellulose de carboxymehtyl. Au début des années 80, des rumeurs ont couru concernant les tampons lorsque 38 femmes sont mortes de syndromes de chocs toxiques (TTS), d'une infection bactériologique liée à l'usage de tampons super absorbants. Suite à ces événements, bien qu'ils aient nié tout lien avec ces morts, les fabricants de tampons changèrent la composition de leurs produits. Au cours des tests privés, il fut établi que ces matériaux synthétiques attir aient les bactéries qui conduisaient à des TTS. De nouvelles études amenèrent à sélectionner un mélange de viscose et de coton comme « composant » le plus sécuritaire, et c'est précisément ce qui reste dans les tampons classiques d'aujourd'hui.

Or, il ya deux problèmes de taille :

1 - Le coton conventionnel utilise pour sa culture environ 38 tonnes de pesticides chaque année aux Etats-Unis. Ces produits chimiques comptent parmi les plus toxiques utilisés en agriculture et l'Agence pour la Protection de l'Environnement a déclaré 7 de ces produits chimiques parmi les 15 principaux utilisés pour la production de ce coton, comme cancérigènes pour l'être humain. 
2 - Le viscose utilisé dans les Tampax est fabriqué à partir de pulpe de bois et parmi les nombreux produits chimiques qui sont utilisés pendant le processus de conversion du bois, c'est dans le chlore utilisé pour blanchir la pulpe de bois que réside le plus grand danger. Le procédé crée des hydrocarbones chlorés, un groupe de produits chimiques dangereux, dont l'un des produits dérivés est la dioxine, l'une des substances les plus toxiques connues. 
Alors, en réponse aux réclamations des consommateurs et du gouvernement américains dans le cadre de leur loi sur la santé des femmes et la dioxine, suivie par la loi sur la recherche et la sécurité des tampons, l'industrie du tampon a récemment changé sa méthode de blanchiment par une nouvelle méthode qui remplace le chlore gazeux par du dioxyde de chlore. Le dioxyde de chlore est connu pour ses propriétés désinfectantes, et est utilisé pour contrôler les micro-organismes nocifs, y compris les bactéries, les virus ou les champignons. Ce nouvel agent de blanchiment devait théoriquement aboutir à un produit exempt de dioxine.
Et bien non ! Des études ont démontré que la fabrication de dioxyde de chlore ne génère pas un produit aussi pur que le prétendent les fabricants de tampons. Des réactions chimiques qui ont lieu pendant le processus de blanchiment libèrent du chlore gazeux… qui engendre encore de la dioxine. Bien sûr, la nouvelle méthode de blanchiment diminue la quantité de dioxines créées, mais ne les élimine pas vraiment. Etant donné que la dioxine est cumulative et lente à se désintégrer, le danger reste par le contact répété (5 jours par mois, 12 mois par an, pendant près de 40 ans!)

Petits rappels sur la dioxine

La dioxine est une molécule produite par la combinaison de chlore et de composés organiques, qui a été le  composant actif du sinistre agent orange américain utilisé au Vietnam. Elle est considérée comme la substance la plus mortelle connue pour l'humanité (on dit qu’une seule cuillère à soupe serait suffisante pour tuer l’humanité entière.  Cette toxine est un sous-produit  de l'incinération des déchets, de la fabrication de pesticides chimiques et du blanchiment du papier et des pâtes à papier). Elle est classée POP (polluant organique persistant) qui s'accumule dans le corps.
Et comme si le coton imbibé de dioxine et de pesticides ne suffisait pas, les tampons contiennent également de nombreux produits chimiques supplémentaires qui comprennent : 
- des amplificateurs d'absorption,
- des désodorisants,
- des parfums synthétiques. 

Effets de contamination des Tampax sur la femme

La dioxine s'accumule chez les humains, en particulier dans les tissus adipeux féminins et le lait maternel. Le principal moyen d'élimination est donc par le lait maternel ou le placenta. Ainsi elle commence à s'accumuler dans l'organisme du fœtus et, plus tard, dans celui de l'enfant en bas-âge. Les enfants et les fœtus sont donc les plus exposés aux risques alors que leurs systèmes nerveux et immunitaire sont en plein développement. Cette toxine persistante se propage non seulement à travers les différentes populations, mais aussi de manière générationnelle.
Des douzaines de maladies et affections sont liées à l'accumulation de dioxine dans l'organisme. On peut les regrouper en trois catégories: celles faisant intervenir les enzymes, les facteurs de croissance et les hormones. Un récent rapport de l'Agence pour la Protection de l'Environnement  confirme que la dioxine est un "cancérogène pour l'homme" et ce produit chimique cancérogène connu est en contact direct avec nos organes internes et nos zones très sensibles. Des études Suédoises ont établi un lien entre les tampons contenant de la dioxine et une augmentation des cancers de l'appareil génital féminin.
En fait, les tampons sont placés contre les tissus adipeux humides pendant des périodes prolongées créant un environnement idéal pour l'absorption de produits chimiques. La dioxine agit comme un perturbateur endocrinien. Une des maladies les plus directement liés à l'effet de perturbation endocrinienne de la dioxine libérée par les tampons est l'endométriose, une maladie où les cellules endométriales de la muqueuse de l'utérus se développent de manière inappropriée à l'extérieur de l'utérus. Elles poussent sur les ovaires, à l'extérieur de l'utérus ou des trompes de Fallope ou ailleurs dans la cavité abdominale. 
En plus du cancer et de l'endométriose, les perturbations de la croissance, des enzymes et des hormones causées par l'exposition à la dioxine ont été associées à :
- des anomalies congénitales,
- l'incapacité à porter une grossesse à terme,
- la diminution de la fertilité,
- la réduction du nombre de spermatozoïdes,
- l’installation du diabète,
- des troubles de l'apprentissage,
- l’altération du système immunitaire,
- des problèmes pulmonaires,
-  des maladies de la peau
-  la réduction du niveau de testostérone.

Autre problème : les fibres synthétiques et leurs résidus

Des études ont montré que les fibres synthétiques créent un environnement idéal pour la croissance des bactéries "Staphylococcus aureus" à l'origine du syndrome de choc toxique. Ces caractéristiques sont attribuées aux tampons au très haut pouvoir absorbant qui, par conséquent, laissent derrière eux, des quantités concentrées de protéines dont ces bactéries nuisibles ont besoin pour produire leur poison.
En plus d'augmenter le risque de syndrome de choc toxique, les fibres synthétiques sont abrasives pour la paroi vaginale qui est très sensible. Les tampons Tampax sont insérés profondément dans le vagin avec un applicateur et s'étendent en longueur. Cela pousse le tampon contre la zone cervico-utérine, provoquant des microcoupures et incrustant des fragments de tampon dans les tissus du col et la paroi vaginale (citrinibaum). En plus des coupures provoquées par le tampon lui-même, le retrait du tampon laisse aussi des fibres qui peuvent être à l'origine de futures ulcérations.
Ces ulcérations sont causées par la combinaison des substances chimiques du tampon et par la friction provoquée par son retrait. Les substances chimiques du tampon "rongent littéralement le tissus vaginal. Ces ulcérations augmentent les risques d'une femme de contracter une MST en créant une porte d'entrée vers le flux sanguin. Pour aggraver les choses, le coton génétiquement modifié qui est utilisé aux USA résiste aux effets des antibiotiques. Par conséquent, les femmes qui utilisent des tampons de coton OGM peuvent ne pas répondre aux antibiotiques prescrits.

Une petite expérience impressionnante

Lors de ses recherches, Meghan Telpner est tombée sur des documents traitant des fibres microscopiques et chimiques laissées dans leur sillage par les tampons et qui sont absorbées directement par les tissus adipeux et le flux sanguin.
Elle explique :
« J'ai essayé moi-même de placer un tampon dans un verre d'eau pendant 6 heures (la durée moyenne d'usage d'un tampon) pour faire le constat de mes propres yeux. Lorsque j'ai retiré le tampon de l'eau, j'ai trouvé des centaines de minuscules particules blanches semblables à des fils fluorescents en suspension dans l'eau, certaines s'étaient déposées au fond du verre, d'autres rasaient les bords. Compte tenu de la quantité de particules qui étaient clairement visibles à l'œil nu, je peux seulement imaginer le volume de produits chimiques et de fibres microscopiques qui sont présentes dans le vagin et intégrées dans le tissu vaginal à chaque utilisation de tampon. »

L'impact environnemental

Les tampons Tampax sont tout simplement un fléau. Selon le bureau de consultance en matière de déchets Franklin & Associés, "6,5 milliards de tampons et 13,5 milliards de serviettes hygiéniques, en plus de leur emballage, ont fini dans des décharges ou des systèmes d'égout, cela déjà en 1998... Et selon le Centre pour la Conservation Marine, plus de 170.000 applicateurs de tampon ont été collectés le long des zones côtières américaines entre 1998 et 1999. 

Des alternatives plus prudentes

Il existe plusieurs options très valables pour les femmes. Les solutions alternatives sont disponibles à l'achat sur internet et dans la plupart des magasins d'alimentation naturelle. Elles comprennent le passage des tampons conventionnels :
  • aux éponges de mer naturelles,
  • aux serviettes réutilisables respectueuses de l'environnement, 
  • aux coupelles menstruelles. 
Des tampons 100% bio sont fabriqués à partir de coton certifié sans OGM. Ils ne contiennent ni colorants irritants, ni parfum, et ne comportent pas les risques liés aux fibres synthétiques. Choisir le coton bio et sans chlore réduit les quantités de toxines dangereuses dispersées dans l'environnement ainsi que la pollution par les pesticides et produits chlorés tout en les tenant à l'écart de notre corps.
Ces tampons s'utilisent exactement de la même manière que les tampons conventionnels avec divers degré d'absorption, avec ou sans applicateur. Il est recommandé d'utiliser le taux d'absorption le plus bas pour éviter les risques de syndromes de choc toxiques. Les tampons bio ne sont que légèrement plus chers que les tampons conventionnels.



mercredi 21 juin 2017

CAMPAGNE MASSIVE DE VACCINATION FORCEE !!!

Non à une campagne massive de vaccination forcée !


La nouvelle ministre de la Santé Agnès Buzyn vient d’expliquer dans le Parisien son souhait d’étendre l’obligation vaccinale pour nos enfants, en passant de 3 vaccins à 11obligatoires pour, dit-elle, « permettre à la société d’évoluer ».

Disons le tout net : obliger des parents à voir 11 vaccins injectés à leurs enfants dès le plus jeune âge, sans avoir leur mot à dire, n’a rien d’une évolution de société. Une telle vaccination massive et à marche forcée serait un véritable hold-up sur notre liberté individuelle et notre santé !

  • Des vaccins controversés ou à l’efficacité mal démontrée (hépatite B, méningocoque C…) deviendraient obligatoires. Or, on ne compte plus les accidents post-vaccinaux ou les signalements d’effets indésirables graves, voire mortels, et les procès intentés par les victimes ou leur famille se multiplient.

  • Personne ne connaît aujourd’hui l’impact à moyen et long terme d’un bombardement de 11 vaccins sur le système immunitaire immature de jeunes enfants. Plusieurs études ainsi que des données des laboratoires ont déjà montré l’augmentation significative des accidents neurologiques liés à l’injection simultanée de plusieurs vaccins. Avec sa proposition, Agnès Buzyn joue aux apprentis sorciers.

  • Chaque enfant réagit différemment à chaque vaccin. Leur imposer autant de vaccins sans prendre en compte leurs particularités, c’est prendre des risques imprévisibles quant à leur santé.

Non seulement ce projet va à l’encontre des règles minimales de sécurité sanitaire, mais il viole également nos libertés fondamentales. Alors que la grande majorité des pays européens n’ont pas d’obligations vaccinales, sans conséquences sanitaires notables, le Parlement suédois vient même de déclarer anticonstitutionnelle l’obligation vaccinale.

À contre-courant de ces pays soucieux des libertés individuelles, notre ministre de la Santé veut faire fi de la défiance justifiée des Français envers les vaccins. Alors qu’on parle tant aujourd’hui de conflits d’intérêts et de moralisation de la vie publique, il est urgent de préférer la transparence et le dialogue avec les Français aux cadeaux offerts aux laboratoires pharmaceutiques.

Nous réclamons :
- Que la France, en accord avec la loi Kouchner du 4 mars 2002, s’inspire du modèle suédois et s’oriente vers la liberté de choix.

- Que des données épidémiologiques nationales transparentes et accessibles aux citoyens, évaluent objectivement les besoins et l’efficacité clinique de chaque vaccination. Agnès Buzyn justifie par exemple sa proposition par le nombre, qu’elle juge important, des cas de rougeole depuis 2008. Or, comme le rappelle la Ligue Nationale pour la Liberté des Vaccinations, les taux de vaccination contre la rougeole sont en constante augmentation sur la période. Si vraiment les cas de rougeole augmentent alors même que la « couverture vaccinale » s’étend, c’est l’utilité même de ce vaccin qu’il faut remettre en cause plutôt que vouloir l’imposer de force à un nombre toujours plus grand de personnes.

- L’analyse objective des risques neurologiques, psychiatriques, articulaires et musculaires éventuellement associés, qui pourraient être liés, comme le montrent certaines études scientifiques, aux différents types d’adjuvants.


- Le recensement de la présence de nanoparticules métalliques non déclarées dans les vaccins. Une nouvelle étude des docteurs Gatti et Montanaru, du laboratoire italien Nanodiagnostics révèle la présence inexpliquée, et jamais signalée par les laboratoires, de plus d’une vingtaine de nanocomposants toxiques dans des vaccins courants, y compris dans certains des vaccins destinés à devenir obligatoires selon Agnès Buzyn. On y retrouve notamment tungstène, chrome, baryum, aluminium, silicium, titane… Outre la toxicité avérée de certains de ces métaux, leur échelle nanométrique et leur association entre eux en font de possibles bombes à retardement. Or, malgré de nombreux accidents post-vaccinaux « inexpliqués », aucune étude toxicologique n’a été faite sur l’effet de ces nanoparticules ! Rappelons qu’actuellement 700 familles françaises ont assigné en justice le laboratoire CSP, distributeur du vaccin Meningitec, du fait de symptômes très préoccupants après la vaccination (fièvre, douleurs, diarrhée, problèmes oculaires graves). Or, si on a rapidement attribué le problème à des « lots défectueux », la députée européenne écologiste Michèle Rivasi rappelait il y a peu qu’il se pourrait que le problème vienne du vaccin lui-même : en effet, Nanodiagnostics déclare avoir observé la présence dans ce vaccin d’acier inoxydable, de plomb, de titane et de zirconium.

- De revoir l’âge de la nécessité vaccinale et de mieux évaluer les risques d’associer chez le nourrisson des vaccins combinés, pour certains d’efficacité mal démontrée, et qui ne sauraient donc être rendus obligatoires. Ceci implique une étude plus poussée des réponses immunitaires générales et cérébrales des nourrissons, soumis à plusieurs vaccinations simultanées, alors que les réponses de leur système immunitaire ne sont pas matures et sont encore mal connues à cet âge. La littérature scientifique et l’expérience des pédiatres confirment que plus est important le nombre de vaccins administrés simultanément et plus l’enfant est jeune, et plus sont importants les risques d’effets secondaires. Il en va aussi du bon sens : jamais dans la nature ne se manifestent simultanément 6 ou 7 pathologies infectieuses et l’organisme n’est ni préparé ni apte à gérer une telle éventualité !

- L’arrêt de l’uniformisation des pratiques au nom du principe de la vaccination de masse et une meilleure prise en compte de la particularité des individus, à la fois en termes d’exposition réelle aux risques et en termes de terrain immunitaire lié à l’extrême variabilité du système HLA propre à chaque individu. Sans même évoquer l’efficacité du vaccin contre l’hépatite B et ses risques sur la santé, quel est le sens de vacciner un jeune enfant contre une maladie sexuellement transmissible ? Un acte médical responsable doit rester personnalisé pour évaluer le rapport bénéfice/risque pour chaque individu particulier. Les patients ne sont pas de potentielles « marges d’erreurs » dans des statistiques de santé publique, ils sont des citoyens libres qui doivent pouvoir consentir, de manière libre et éclairée, à un traitement à partir d’une information fiable et transparente.

Depuis près de 40 ans, Alternative Santé défend votre libre choix thérapeutique.

Dés 1982, nous exprimions nos doutes sur l’utilité du BCG. En 1995, nous alertions sur les risques du vaccin contre l’hépatite B, ce qui a contribué à sa suspension dans les collèges en 1998. Dans les années 2000 nous avons soutenu activement les victimes de la myofasciite à macrophages et avons notamment mis en garde sur les risques du Gardasil.

Aujourd’hui encore, notre santé est en danger et notre détermination mise à l’épreuve. Chacun de vous peut agir en signant cette pétition et en la faisant circuler auprès du plus grand nombre.


Premiers signataires :

- Ligue Nationale pour la Liberté des Vaccinations

- Michèle Rivasi (députée européenne EELV, biologiste, co-auteure de l’ouvrage Le racket des laboratoires pharmaceutiques et comment en sortir)

- Serge Rader (pharmacien lanceur d'alerte, co-auteur de l’ouvrage Le racket des laboratoires pharmaceutiques et comment en sortir )

- Maître Jean-Pierre Joseph (avocat, auteur de l'ouvrage Vaccins. On nous aurait menti ?, membre du CA de la Ligue Nationale pour la Liberté des Vaccinations)

Aller plus loin :

- Vous pouvez soutenir ou devenir membre de la Ligue Nationale Pour la Liberté des Vaccinations, avec qui nous collaborons depuis les débuts du magazine. Depuis 1954, la ligue mène un travail précieux d’information et de défense de nos droits : www.infovaccin.fr

- Vous pouvez également suivre le travail constant de lanceur d’alerte de la députée européenne Michèle Rivasi sur les questions de santé et d’environnement : www.michele-rivasi.eu






mardi 23 mai 2017

LA SUREXPOSITION DES TOUT PETITS AUX ECRANS !!!

Rassurez-vous, bientôt il y aura certainement une appli android pour être parent... Bref, on est face à une urgence sanitaire. Après faut-il blamer ces jeunes parents ou le modèle de société qu'on leur transmet.... ?

Près d'un enfant de moins de 3 ans sur deux (47%) utilise des écrans interactifs comme des tablettes ou des
smartphones, selon une enquête menée par l'Association française de pédiatrie ambulatoire. -
Crédits photo : plainpicture/Westend61/Valentina Barreto/plainpicture/Westend61/Valentina Barreto
ENQUÊTE - À l'heure des tablettes pour bébés et des enfants élevés au smartphone, un médecin de PMI alerte sur ces comportements «ressemblant à des symptômes autistiques» chez les enfants trop confrontés aux écrans. Son constat de terrain, partagé par d'autres professionnels de la petite enfance, fait également polémique.
Ils ont l'âge des premiers babillages, du cheval à bascule, des empilements de cubes… et déjà un smartphone à la main. Dans le train, en voiture, dans les salles d'attente, plus personne ne s'étonne de ces bambins plongés dans le téléphone portable de papa ou maman, tapotant l'écran tactile avec la même dextérité qu'un adulte. Comme Sofiane * qui a eu sa première tablette à 18 mois. Sans elle, l'enfant refuse de se mettre à table ou bien de s'endormir, au coucher. En regardant ces petites vidéos, Sofiane a «appris» quelques mots anglais. Pour la plus grande fierté de ses parents. Mais à l'école, il n'y a pas de tablette. À son arrivée en maternelle, son institutrice s'est inquiétée car le petit garçon ne répondait pas à son prénom et regardait dans le vide. Il acceptait difficilement de rester assis à côté de ses camarades. Et sans un adulte à ses côtés pour guider ses gestes, Sofiane ne participait pas à la moindre activité.
«Un enfant-écran», résume le DAnne-Lise Ducanda, un médecin de la protection maternelle et infantile (PMI) de l'Essonne, un service public de la petite enfance. Avant même de rencontrer Sofiane, elle connaissait déjà son «cas» par cœur. Il faut dire que ce médecin, qui examine chaque année des centaines d'enfants de moins de 5 ans, notamment à la demande des crèches et des écoles maternelles, estime que le nombre de tout-petits avec un profil similaire a explosé ces cinq dernières années. Des enfants qui présentent des retards de développement, des troubles de la relation, du langage et du comportement.
«En 2003, 35 enfants en difficulté m'étaient signalés par les écoles sur 1000 élèves de maternelle en petite et moyenne section de l'Essonne, se souvient Anne-Lise Ducanda. Depuis un an et demi, on m'en a déjà signalé 210 en grande difficulté. Toutes les semaines, je suis sollicitée pour de nouveaux cas. À force d'en voir, j'ai fini par faire le lien avec leur consommation d'écrans.» Et, ajoute-t-elle, «je ne parle pas d'enfants qui regardent la télévision une heure par jour ! La plupart de ceux qui me sont adressés passent au moins six heures par jour devant des écrans. Certains n'arrivent pas à parler, à encastrer trois cubes ou encore à tenir leur crayon. Les troubles sont plus graves qu'il y a 15 ans et disparaissent dans la majorité des cas quand les parents arrivent à “déconnecter” leurs enfants.»

«C'est la tétine d'aujourd'hui»

Elle décrit en outre des bébés qui grandissent à l'ombre des chaînes d'info en continu dans des foyers où la télévision reste allumée toute la journée. Des nourrissons biberonnés à la comptine sur smartphone, des bambins qui ont appris à télécharger une vidéo avant de savoir faire une phrase. Ces enfants seraient-ils surreprésentés dans le territoire sur lequel elle exerce, à Viry-Châtillon ? Ce dernier touche la Grande Borne, réputé socialement sensible, mais comprend aussi des quartiers pavillonnaires. La PMI est fréquentée par des enfants «issus de familles lambda, mais aussi de milieux plus défavorisés», indique le médecin.
«Pas d'écran avant 3 ans» : le précepte est pourtant bien connu depuis la campagne lancée en 2009 par le Conseil supérieur de l'audiovisuel et régulièrement reprise. Mais à l'heure où plus de quatre Français sur dix sont équipés de tablettes et où 65 % possèdent un smartphone, la recommandation semble oubliée. Selon une enquête sur les jeunes enfants et les écrans menée par l'Association française de pédiatrie ambulatoire (Afpa) fin 2016, près d'un enfant de moins de 3 ans sur deux (47 %) utilise des écrans interactifs comme des tablettes ou des smartphones.
«L'écran, c'est la tétine d'aujourd'hui, constate le docteur Ducanda. Pourquoi les parents se passeraient des écrans pour “calmer” leur enfant alors que personne ne les a mis en garde ? Ils sont rassurés, car leurs enfants ne regardent que des programmes qui leur sont destinés ou des petites applications dites “éducatives” pour apprendre les couleurs ou l'anglais. Ils s'émerveillent de leur habileté et pensent que plus tôt on initie les bébés aux outils numériques, mieux ils seront armés pour le futur.»

    « À 2 ans et demi, certains se comportent comme des enfants un peu “sauvages”, dans leur bulle, comme s'ils n'avaient pas eu l'habitude d'être en relation avec une autre personne. »

    Carole Vanhoutte, orthophoniste
Face à un phénomène qu'elle qualifie de «massif», elle a décidé de tirer la sonnette d'alarme en postant une vidéo sur YouTube sur les conséquences de la surexposition des plus jeunes aux outils numériques et à la télévision. Mis en ligne en mars dernier, ce film d'avertissement austère a été déjà vu plus de 21.000 fois. Si le constat n'est pas scientifique, l'expérience de terrain interpelle.
Dans la foulée, de nombreux professionnels de la petite enfance l'ont contactée pour évoquer leurs propres observations. Comme l'orthophoniste Carole Vanhoutte, dont le cabinet, situé à Villejuif dans le Val-de-Marne, est assailli par des parents affolés par les retards de leurs chérubins. «Depuis quelques années, je vois des enfants dès l'âge de 3 ans avec moins d'une dizaine de mots à leur vocabulaire, raconte cette orthophoniste, cofondatrice de l'association Joue, pense, parle. Récemment, il y a eu un nouveau glissement avec l'arrivée de petits dès l'âge de 2 ans et demi qui ne sont pas du tout dans la communication. Ils se comportent comme des enfants un peu “sauvages”, dans leur bulle, comme Carole Vanhoutte précise que «ces enfants n'ont pas eu beaucoup de temps pour jouer avec leurs mains et mettre des objets à la bouche. Or ces explorations déterminent leur entrée dans le langage et sont nécessaires à la création des connexions cérébrales. Tout comme les échanges de regards et de paroles avec leurs parents», rappelle-t-elle en s'alarmant d'«un problème de santé publique».
D'autres pointent l'influence de l'addiction des parents au smartphone, une habitude qui empiète sur la communication avec leurs enfants. «Cet objet qu'ils consultent en permanence capte leur attention et vole du temps sur le jeu et les échanges avec leur bébé, souligne Sabine Duflo, psychologue dans un centre médico-psychologique à Noisy-le-Grand. À parent «accro», enfant dépendant ? «Pour un tout-petit, le portable peut devenir un moyen d'attirer vers lui un parent connecté en permanence et peu attentif. C'est peut-être la raison pour laquelle nous voyons un nombre croissant d'enfants qui ne sont plus dans la communication, comme “déshumanisés”», se désole cette psychologue à l'origine de la campagne de prévention «4 pas pour mieux avancer».

    «J'ai vu des enfants qui ont été diagnostiqués autistes à l'hôpital, apparemment à tort puisqu'ils ont retrouvé un comportement “normal” après avoir été sevrés d'écrans pendant plusieurs semaines.»

    Dr Anne-Lise Ducanda
Du côté de l'école, l'ampleur des «dégâts» n'est pas aisée à mesurer. «Depuis cinq ans, nous sommes plus souvent alertés au sujet d'enfants qui présentent des troubles du comportement ou du langage dès la maternelle, reconnaît cependant Pierre Favre, président du Syndicat national des écoles (SNE) et directeur d'une école dans l'Ain. Mais il est difficile de dire si ces troubles sont uniquement liés aux écrans. Les problèmes d'hygiène de vie, de sommeil, d'alimentation, de contexte familial peuvent également avoir une influence.»
Le Dr Ducanda pousse son raisonnement plus loin quand elle déclare que les troubles de ses petits patients abreuvés d'images «ressemblent à des symptômes autistiques à tel point que l'on peut les confondre». Comme Léo, un petit garçon de 3 ans et demi au regard vague qui ne prononce pas plus de deux mots intelligibles, griffe ou mord les autres écoliers qui viennent vers lui. Chez d'autres enfants, elle a relevé des stéréotypies (comportements répétitifs comme les battements de bras) ou des écholalies (la répétition mécanique des phrases de son interlocuteur). Pour étayer son propos, elle cite le triplement des demandes d'assistants de vie scolaires (AVS) pour enfants à la maison départementale des personnes handicapés de l'Essonne : 3163 en 2015 contre 1045 en 2010. «J'ai vu des enfants qui ont été diagnostiqués autistes à l'hôpital, apparemment à tort puisqu'ils ont retrouvé un comportement “normal” après avoir été sevrés d'écrans pendant plusieurs semaines», avance-t-elle.
Son parallèle osé avec l'autisme n'a pas manqué de susciter des réactions. «Ces constats n'ont pas la même valeur que des études épidémiologiques. Ce médecin de PMI est en contact avec une fraction de la population qui n'est pas forcément représentative et en tire des conclusions générales, avertit Franck Ramus, directeur de recherches au CNRS au sein du laboratoire de sciences cognitives et psycholinguistiques. Il ne faut pas oublier qu'une très forte exposition aux écrans est corrélée au niveau socio-économique des familles. Il faut aussi prendre en compte les conditions de vie, la manière dont parents et enfants interagissent. Quel est l'impact spécifique des écrans sur le développement ? C'est une question à laquelle il n'est pas si facile de répondre.»

Comparaison avec les troubles autistiques

Cette comparaison avec les troubles autistiques «prête à confusion», juge aussi Michel Desmurget, chercheur au CNRS. Mais sur le fond, ce spécialiste des neurosciences cognitives partage «à 100%» cette analyse. «L'image positive des usages des outils numériques pour les tout-petits a fait des ravages, dit-il. En France, l'Académie des sciences n'est toujours pas revenue sur son avis de 2013 selon lequel les tablettes tactiles pouvaient être utiles au développement sensi-moteur du jeune enfant, s'indigne-t-il. Pourtant, les études scientifiques sérieuses démontrent l'effet néfaste de ces outils sur le sommeil, les apprentissages, l'alimentation, la concentration…»
Déterminée à alerter l'opinion et les pouvoirs publics, le Dr Ducanda mise sur le lancement de nouvelles études scientifiques pour explorer la piste d'un lien entre l'augmentation du nombre d'enfants diagnostiqués TSA (troubles du spectre autistique) et l'omniprésence des écrans. La Fondation pour l'enfance et un service de pédopsychiatrie francilien viennent de la solliciter pour réfléchir à des projets de recherche. Enfin, les professionnels de la petite enfance qui émettent les mêmes craintes, désormais organisés en réseau, s'apprêtent à écrire au nouveau président de la République pour réclamer une campagne de prévention de grande ampleur.

*Les prénoms des enfants ont été modifiés.
Source : Le Figaro.fr